Voyelles

VOYELLES

.

.

Entre consonnes et voyelles, je ne voyais plus qu’elle

Le récit de ses aventures fendait la nuit

D’éternelles ritournelles aux rimes sensuelles

Frissonnante d’émotions serties de magie

.

Son âme, fière et passionnée, glissait entre chaque mot

La douceur d’un verbe aux tendresses universelles

Noyant mon passé décomposé dans l’ruisseau

D’une tristesse naguère vécue comme un rituel

.

Le fantôme de mes nuits blanches venait tous les jours

Me demander d’aller faire ma déclaration

De mes sulfureuses envies, en usant d’humour

À celle dont l’apanage tenait ma dévotion

.

Et à chaque fois où je croyais en réchapper

Glissait sur moi le piège étendu de ses charmes :

La douceur d’un joyau acéré de beauté

Que je nettoyais à grande eau avec mes larmes

.

Désemparé, je lui tendis plus que ma joue

Afin qu’elle s’empare prestement de ma tendresse

Pendant que j’embrassai passionnément son cou

Lui effleurant de toute ma force dressée, les fesses

.

Et là, dans le sombre abime, je la pénétrais

À perdre de vue tout mon infini bonheur

Quand tous mes sens se mirent à flotter en secret

Vers la seule extase propre à me fendre le coeur

.

.

YannPbd_avril-septembre 2019_©

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s