Au diable d’un rivage

Au diable du rivage

.

.

En plein cœur d’une tourmente, la tempête se déchaîne

Les boussoles s’affolent narguant le mat de misaine

De sombrer en silence vers d’obscures profondeurs

Engloutissant la seule confiance d’un monde meilleur

.

Au fond de l’eau noire, matelot tient bon la barre

Dans le verre des mortes-eaux, noie tes sanglots d’espoirs

Saoule-toi de la triste écume et ses flots amers

Le mal de mer est pire de solitude à terre

.

À fond de cale, ta cargaison de rhum chavire

D’un filet d’ivresse sabordant l’allure du navire

S’éloigne la fille du port, en larmes de tes douleurs

De fureur, l’océan te promet d’autres ferveurs

Quand l’avenir ressemble à de vieux souvenirs

D’un mauvais sourire pense au calvaire du martyre

Quand les coquillages s’échouent au diable d’un rivage

Leur naufrage camoufle l’élégance d’un sauvetage

Marin ! Le chant des sirènes ne souffre d’aucune peine

Le sang de tes veines cuve celui d’un capitaine

L’injustice endurcit de tendresses les abysses

Dévoués complices en détresse à tes supplices

.

Corrompue d’écœurement l’ange flotte au vent

À l’affût d’un sentiment digne d’achèvement

Tes murmures d’ignorance défient sa connaissance

Du maelström bénit où sévit ton indigence

.

Ce tourbillon malin conjurant le divin

Passe outre ton chagrin en spéculant ton destin

D’ambitions viscérales déferlant comme une vague

Sur ta vie médusée, d’avancer en zigzag

.

Le court chemin tracé par les lignes de ta main

Vierge itinéraire d’un passager clandestin

S’aventure au-delà d’une sotte admiration

Pour les trésors fondateurs de ta soumission

.

Tirer des bords de travers ôte les doutes d’une route

Clairsemées d’embûches entassées dans la sombre soute

Combustible nécessaire aux fouilles de ton désert

Guidant vers l’oasis d’un nouvel hémisphère

.

Pars à l’abordage en jetant au sol les armes

Piaillent les colibris en étouffant ton vacarme

L’âme orpheline greffée sur sa nouvelle famille

Relate son périple avec ce regard qui brille

.

.

Y@nn Pbd_oct2018_©

2 réflexions sur “Au diable d’un rivage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s