Rêves

Rêves

.

.

Bruyants silences confinant à la surdité

Une saison s’impatiente de venir t’embrasser

Au bout du long fleuve des voyageurs somnambules

S’étendait une mystérieuse vogue de funambules

.

Précédant le temps bien charitable de la chair

Dépourvue de soleil et de terre nourricière

Veillaient les nuits blanches au secret d’une antichambre

Là, s’écrivait un livre aux délices de gingembre

.

Ferme les yeux un instant, retrouve ces doux murmures

Fredonne les joies hurlantes enfouies dans ta nature

Du fond des ténèbres s’entendent ces cris légendaires

Écartelant le souffle de ton imaginaire

.

Accorde à ton âme l’escale si cruciale d’une fête

Allonge-toi en pleine rancoeur d’une fameuse tempête

Contemple l’horizon se vider d’une aimable trêve

L’essentiel s’exauce bien avant la fin d’un rêve

.

.

Yann Pbd_sept18_©️

3 réflexions sur “Rêves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s