Royaume

Royaume

.

.

Le jour se lève sur le silence de mon royaume

Aussi triste qu’une nuit blanche prisonnière d’un psaume

Dont l’amour s’est absenté loin dans un fossé

Avec pour seule compagnie un corps mutilé

.

Des souvenirs s’effacent en rayant de la carte

Les allées colorées, quand partent les Bonapartes

Pour régner sans pitié sur des âmes égarées

Perdus dans les bas-fonds d’une terre isolée

.

Des ruines parsemées d’éclairs jaunes vifs artistiques

Battus et rebattus par une bonne sémantique

Que d’honnêtes sentiments s’amusent à soutenir

De sourires aussi étonnants qu’une nuit à rire

.

Ces fantaisies complaisantes en appellent d’autres

Comme les pulsations frénétiques des apôtres

Jouant aux saints évangiles lors d’une dispute

Sans aucun doute renié par une parole de pute

.

.

Yann Pbd_automne2019_©

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s