Cartable

Cartable

.

.

Dans le fond de mon cartable dorment des feuilles d’érable

Au doux parfum d’un automne en sacerdoce

Comme l’ombre matinale au réveil d’une nuit de noces

Quand ronfle le diable, ivre, sous un monticule de sable

.

Il crayonne de sa main agile des fables malignes

Plus longues que l’histoire finale prévue au matin

Puisqu’elle raconte toujours d’éternels lendemains

Aussi fébriles et prévus qu’un point à la ligne.

.

Je lui tends des fleurs encore sauvages en hommage

À son désir bien plus violent et impatient

Qu’une hirondelle dans le ciel un jour de printemps

Pour qu’il hume ce doux parfum venu d’un autre âge

.

Il les prend et les sent d’un air aussi joyeux

Qu’une plume au goût de miel, un jour providentiel

Avec sa ferveur innée à boire des cocktails

Pour se métamorphoser en ange merveilleux

.

Sa soif d’aventures ne se lit plus dans ses rêves

Rassasié de son maudit passé solitaire

Il foule à présent à deux une terre étrangère

Fait de lumière et de joie vives qui le relève

.

.

Y@nn Pbd_septembre 2020_🌈_

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s