Les feuilles mortes

Les feuilles mortes . . Toi de l’hiver qui pousse vers l’été Ton printemps ne connaîtra jamais l’automne Et pourtant des pousses d’insouciances …

Les feuilles mortes

Les feuilles mortes

.

.

Toi de l’hiver qui pousse vers l’été

Ton printemps ne connaîtra jamais l’automne

Et pourtant des pousses d’insouciances

Germent enfin dans ta conscience

Rouges et flamboyantes, elles brûlent

La jeunesse, devenue somnambule

Conciliabule d’une particule

Au fond d’une impasse

Impair, noir et passe

Trépasse, repasse

Vivaldi, encore une fois

Une dernière fois, à l’endroit

Et la nuit viendra

couvrir tout ce barda.

.

.

Yann Pbd_sept 2017_©

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s