Idéal

Idéal

.

.

Lors d’une longue nuit blanche sans lune

Tout s’éclaira d’un silence

Avec dans les yeux l’errance

D’une audace sans rancune

.

Elle rêvait de jours meilleurs

Sans aucune ombre au tableau

Sous la craie blanche de ces mots

Pour anéantir sa peur

.

Des souvenirs faits d’ailleurs

Avec au coeur des épines

Acérées qui assassinent

Toute trace en trop de vigueur

.

Criant des joies superflues

Aux âmes libres de tout tourment

Des marasmes trop évidents

À ceux qui deviennent élus

.

Une fois franchi l’isthme reclus

De la solitude confuse

Où dorment des rêves qui accusent

De pure folie malvenue

.

C’est pourtant l’essence vitale

Des gens vrais pleins de bon sens

Alors vie cette existence

Fantaisiste comme idéal

.

.

Y@nn Pbd_novembre 2020_©

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s