Silicone

Silicone

.

.

Parce que vous croyez en la beauté

Vous la célébrez

Mais regardez avec votre cœur

Vous y constaterez l’horreur

.

Celle consommée par erreur

Servie par de vrais vendeurs

Des faux marchands d’espoir

Présent chez vous chaque soir

.

Éteignez toutes les lumières

Vous y verrez plus clair

Avant d’aller dehors

Sauf si vous êtes déjà mort

.

Parce qu’avec un cœur comme ça

En si mauvais état

À se faire du mauvais sang

Il ne vous reste plus très longtemps

.

À vivre les minutes restantes

La langue pendante

Devant des stars siliconé

À moitié défiguré.

.

.

Ypbd nov17 ©

Milla

Milla

.

.

Milla rêvait de danser l’tango sur un bateau

Les voûtes plantaires flambantes sur le sable

Emportée par l’alizé vers un avenir plus chaud

Sa langue pendue aux exploits de son vénérable

..

Jack, elle le regardait bien mieux qu’un Disney

En se contant une aventure plus haute qu’un mur

Protégé des mauvais murmures, elle parlait vrai

Le discours d’amoureux voguant vers un même futur.

.

Mais la sirène de l’Est flottait par-dessus l’abîme

Respirant une pluie acide ruisselante d’eau putride

Le goût salé des larmes séchées s’enlevait au sublime

Calvaire défriché par la couardise de son maudit guide.

.

.

Ypbd_ issue du livre Disparue _ automne 2016_©

Merci

MERCI

.

.

Je voulais te dire, comme ça, en passant

Dans ta glaçante et belle indifférence

Je marche dans tes pas depuis ma naissance

Le paysage ne cesse d’être surprenant

.

Prairie ensoleillée, lac de montagne

Le vertige d’un ravin sans lendemain

M’envole d’une falaise à pic d’un sable fin

Au pied des villes en bordure de campagnes

.

Un long chemin me guide à travers champs

Puis je me perds dans un grand labyrinthe

Où tout me semble lointain et hors d’atteinte

Sauf les vrais sentiments du temps présent

.

Dans mes souvenirs s’effacent des hiers

En suppliant l’aube des autres lendemains

D’étreindre le feu brûlant de mon destin

Avant les cendres reposantes d’un cimetière

.

Tu m’en as fait voir de toutes les couleurs

L’arc-en-ciel en pâlit de jalousie

En donnant de l’éclat à l’ironie

Sans doute pour épuiser et vaincre mes peurs

.

Pourtant je ne regrette rien, vraiment rien

Ni mes trahisons, ni tes déceptions

Mes cris de douleurs implorent juste pardon

Au ciel, témoin du seul chagrin divin

.

Rendu responsable de ma chère fortune

Héritée au hasard d’une volonté

Pioché parmi ton infinie bonté

Afin de museler mes vieilles rancunes

.

Je voudrais juste avant de trépasser

Te dire quel plaisir fut ma garce de vie

En la saluant bien bas d’un merci

Grâce à elle je suis un aventurier

.

.

y@nn Pbd_ fev2019_©

Pourquoi ?

Pourquoi ?

.

.

À l’envie d’un pourquoi

Je réponds follement toi

Ne t’use pas à demander

La pulsion à surveiller

Personne ne l’a vue venir

Elle vient de me trahir.

À jouer la cultivée

Faut pas t’étonner

Et si ta peau m’intrigue

Avec toute la fatigue

Parfumé de promesse

Suggérant des caresses.

Loyale découverte

Au détour d’internet.

Un moment de solitude

Dans mes habitudes.

.

.

Yann Pbd_2018_©_🌹

Tournant

Tournant

.

.

Tendrement venir caresser ta joue

Sans risquer de t’offenser stupidement

En voulant jouer l’amant trop confiant

Puis glisser délicatement vers ton cou

.

Respirer ton odeur alléchante

À en perdre la raison de cette façon

Tellement l’excitation des sensations

Nous renverse d’une manière bien imprudente

.

Réunir nos corps enfin libérés

De nos vêtements dans de telles circonstances

En se laissant envahir par la chance

De n’être plus qu’un avec agilité

.

D’efforts justifiés par nos sentiments

Aussi éclatant qu’un feu d’artifice

Avec la lumière d’une belle nuit complice

Préservant l’intimité du moment

.

La paresse de nos excitantes prouesses

Parcours nos peaux de surprenant frissons

Aussi doux qu’une fleur pendant l’éclosion

De ses innombrables pétales d’allégresse

.

Nous subirons la venue d’émotions

Aussi cinglantes qu’une Tempête en hiver

Aux nombreuses précipitations sévères

Sous un ciel de plus en plus tatillon

.

Et nous atteindrons enfin le bonheur

Avec des reflets argent éclatant

Que même la lune rougira au tournant

En surprenant la douceur de nos cœurs

.

.

Yann Pbd_ février 2022_©

Ma vie

Ma Vie

.

.

J’ai voulu te croire en me donnant de l’espoir

Tout s’est mis à tanguer sous un drôle de voile noir

Des brumes si nébuleuses encerclaient mon destin

Depuis les mélodies de mes premiers chagrins

.

La floraison d’un langage embelli de sens

Éclairait mes nuits aux jours de ta connaissance

Les joyeuses lectures de tes curieuses métaphores

M’échouèrent au rivage ensablé d’une mine d’or

.

L’alléchante étendue des grains de ton parfum

Enivraient leurs saveurs de meilleurs lendemains

Flottait au Ciel le vertige d’une lente évasion

Dodelinant des promesses à mes illusions

.

Les secrets trahis témoignaient de ta confiance

En présage d’insolences permises aux vaines souffrances

D’un irrésistible souffle suffoquaient tes saillies

M’investissant de folies aux gloires de ma vie

.

.

Yann Pbd_sept2018_©

La fée

La fée

.

.

S’enfuyant au loin ce petit matin

C’est toute une vie qu’il laissait derrière lui

Sans doute pour oublier son lourd chagrin

Il en étouffa le son brut d’un cri

.

Sans se retourner sur son lourd passé

Il continua à marcher tout droit

Encore certain de ne pas se tromper

Mais ce qui l’attendait jaillit d’un bois

.

Non pas un loup, mais la fée des miracles

Elle l’attendait, tenant ses mains ouvertes

« De tes pauvres malheurs prophétise l’oracle »

Lui dit-elle, de la puissance d’une alerte

.

« Tes soucis t’emmènent vers des imprévus

Tu t’en réjouiras sans doute un jour

D’ici là profite le moment venu

Des charmes de la vie et ses alentours »

.

« Le brouillard s’éclaircira, c’est certain

Si soudainement sans que tu t’en rendes compte

Tu pourras à nouveau jouer au malin

Dans ce monde bien cruel que tu affrontes »

.

« Ce mauvais destin que tu croyais vivre

N’est qu’un pénible moment sur ton chemin

Bien nécessaire pour que tu t’en délivres

Et commence enfin à te sentir bien »

.

« La vie se parfume de l’instant présent

Savoures-en chacune de ses belles saveurs

Tu en apprécieras au bon moment

Le goût si délicieux aux mille couleurs »

.

.

Yann Pbd- février 2022-©

Marianne

Marianne

.

.

Une belle éclaircie s’immisce dans le paysage

Sous des nuages clairsemés d’un bel orage sage

Et tout s’illumine bien soudainement dans les yeux

Evoquant malgré le froid, un été en feu

.

Un sourire malicieux et survient ta tendre joie

Au hasard de nos conversations à pleine voix

De tout et de rien nous échangeons de beaux mots

Aussi bien que d’immenses et somptueux magots

.

C’est l’écume des jours heureux qui s’annoncent ainsi

Aussi verbalement que les vers d’une poésie

Pour donner de la douceur à une vie si dure

En l’amadouant de fantaisie et d’air pur

.

Vont et viennent des instants de pleine tranquillité

Aussi doucement qu’un lent murmure d’oisiveté

En déclamant la chance de profiter du temps

De notre amitié né au hasard d’un moment

.

D’une rencontre fortuite nous prenant au dépourvu

Sous une ombrelle romanesque aux couleurs écrues

Avec le parfum odorant d’une fleur d’automne

Sous une fine averse de sentiments qui bourgeonnent

.

Tout ces moments heureux ressemblent au paradis

Malgré la souffrance de notre maladie

Plus qu’un symbole ton prénom m’évoque la tendresse

D’une déesse aux promesses aussi douce qu’une caresse

.

Marianne, tu glisses la douceur entre nos parenthèse

Nécessaire aux vitales existences de nos thèse

Pour que s’apaisent les difficultés rencontrés

Sur nos rayonnants chemins remplis de graviers

.

.

Yann Pbd_décembre 2021_ ©

Page

Page

.

.

Se mettre en pause le temps d’un instant bénéfique

Pour recharger les batteries créatives

Et s’éviter de partir loin à la dérive

Vers un océan d’absurdités prolifiques

.

Viendront des mots plus tranquilles les uns que les autres

Parler tout près de moi un sympathique langage

En se serrant de près comme lors d’un pèlerinage

Pour la liberté de ma douce joie et la vôtre

.

Seul comptera l’intensité du moment présent

Avec des notes toutes multicolores d’un trésor

Enfouis profondément dans le coeur comme de l’or

Aussi secrètement qu’une magie blanche d’artisan

.

Pour vous écrire de succulent vers à traduire

Et du bonheur à partager entre chaque phrases lues

Restera une sensation de joie absolue

Évanescente comme un vent d’orage qui aspire

.

Rejetant de l’air si bénéfique aux poumons

Que rien n’arrêtera de force ce nouvel élan

Menant la passion dévolue du moment

Vers la seule découverte de nouveaux horizons

.

Une vue dégagée vers la beauté d’un paysage

Aussi riche qu’une terre en friche depuis des années

Laissant aux herbes le temps de se régénérer Pour que s’assemble par la nature des choses une page

.

.

Yann Pbd_mars 2022_©

Catalogue de destin

Catalogue de destin

.

.

Choisir son destin parmi le catalogue

De lendemains possible selon une trajectoire

Née au départ dans une immense boutique d’art

Où s’entrechoquent clairement des idées en vogue

.

Apprécier le goût fruité des événements

Meme l’acidité des parfums rouges et jaunes

Surtout ceux verts et pas mûres joints dans la faune

Des coups multicolores du sort au présent

.

Toujours prêt à bondir selon l’intérêt

Du moment, dans des circonstances adéquates

De toutes manière si habile et bien adroites

Qu’il serait bien vain de lutter de trop près

.

Dans ces. arcanes étranges prévus à l’avance

Pour apprendre les faits au mieux de la vie

Sans chercher de raisons à tout ceci

Mais accepter de rentrer vite dans la danse

.

Pour en savourer l’entière quintessence

Des symboles bien moins étourdis qu’il parait

Mais des leçons utiles pour les distraits

Servant un apprentissage plein de bon sens

,

Et en repartir le plus sereinement

Avec les joues gonflées de bonne humeur

Un sourire en coin et la main sur le coeur

Une dose de plaisir sur la langue de saveurs

.

.

Yann Pbd _mars 2022_ ©