Hiver

Hiver

.

.

Salué de ton interminable longueur

Tu invites l’hiver et sa rude froideur

L’automne se chasse dans le passé

Le matin vient peu à peu te grignoter

.

Du repos mérité de ta belle nuit

S’étire le rai d’une douce endormie

Tous les jours plus lumineuse

Tu t’abstiens d’être malheureuse

.

Patiente du prochain solstice

Sereine signature d’un armistice

Qui t’étouffera d’une mort lente

Le printemps glissant sur ta pente

.

Vibrante incarnation de l’infini

Ponctué d’inspirations impunies

Surgissant au vingt et un décembre

Propice aux délices du gingembre.

.

.

Y@nn Pbd_dec2017_©_

Sirène

Sirène

.

.

Aux refrains d’une sirène

Un marin s’éveille

Dans ses filets d’ébène

Un chagrin sommeille

Des larmes le dévisagent

De fières cicatrices

L’inonde d’un présage

Aux signatures d’armistice

Pacte aux charmes volages

Ancrée au fond du cœur

L’encre de son tatouage

Évanouit sa peur

.

Y@nn Pbd_2018_©

Avertissement

Avertissement

.

.

De savantes caresses sur le velours de tes fesses

Épouse ma rude allégresse aux perverses promesses

Qu’une docile esclave attachée à mes fantasmes

Pimente de nobles secrets gémissants d’enthousiasme

.

Oh rien de bien vulgaire à l’instar d’une vile guerre

Peuplant de chairs putrides le marbre des cimetières

L’éphémère vigueur jouit de force bien supérieure

Enivrant nos sexes de plus réjouissantes vapeurs

.

Des états d’âme aux profondeurs insoupçonnables

Tannent à fleur de peau des désirs insupportables

Délivrer les tabous emprisonnant la joie

Demeure le plaisir ultime de nos vicieuses lois

.

Enfreindre les interdits aux faveurs d’un supplice

En consentement d’autres sauvageries complices

Étonnera de la sensuelle voie choisie

Sombre chemin d’une coquine aux lumières averties

.

.

Y@nn Pbd_oct2018_©

Cul-te

CULTE

.

.

Sublime et divine fragrance d’émotions

Au volatil éther à perdre la raison

Tes absences sont toujours de longs silences

Où grondent de maladresse mes défaillances

.

Enfer et damnation de leurs mystères

Bénissant mon plaisir de vivre sur terre

D’une diablesse venue sauver ma détresse

En saintes eucharisties coupables d’ivresses

.

Sa rose des vents chasse les points cardinaux

Aux futiles repères pour ma libido

Ce batifolage au jardin d’éden

M’incline sans peine aux fièvres de sa fontaine

.

La soif du désert condense l’atmosphère

D’amères défaites au bras d’une volontaire

Des chaudes larmes luisantes sur ma peau salée

L’âme se rince pour mieux jouir de sa beauté

.

Merveilleuse créature de la nature

Tes lèvres murmurent un chemin d’aventures

Misères inconnues de vices confondus

L’extase d’un coeur fendu aux mille vertus

.

De chastes suspicions en hésitations

Brûlent d’oraison les flammes de la passion

Le glas de nos unions à minuit sonne

Que déjà l’aube tient des promesses friponnes

.

Régale mon palet du fruit délicieux

Aux lèvres charnues plus gourmandes que mes yeux

S’attardant sur la fossette de tes reins

D’où glissent mes mains forcément sur tes seins

.

Nos écrins sur ce va-et-vient languissent

Du délice rancunier de nos supplices

Où sévissent de bien précieux rituels

Duel aux interstices des plus cruels

.

Une petite mort jouissant de longues obsèques

Exhumant le stoïcisme de Sénèque

Foudroie la chair d’un sulfureux séisme

Répliquant d’envie à nos aphorismes

.

Au calme d’un bref moment d’éternité

Renaît le désir de nous enlacer

Gémissant de nos connivences occultes

L’aveu de mon allégeance pour ton cul-te

.

.

.

YPbd_nov18_ ©/ VV

Insolence

INSOLENCE

.

.

Déposer une caresse sur ta joue

D’une main précise, t’effleurer le cou

Lécher le bout de tes seins pointus

Embrasser ce qui reste de ta vertu

.

Si jamais un jour noir tu l’oublies

Ce petit coin bleu de paradis

Suis le sentier rouge de l’insolence

Il te guidera vers l’impatience

.

Comme la pulsion d’une envie pressante

Surgira le bourgeon d’une attente

L’irrésistible désir de s’aimer

.

Emporté par le vent de l’été,

Fleuriront des graines de sentiments

Pleine de sève comme cette liqueur d’antan

.

.

Y@nn Pbd_fev2019_©

#sonnet

Ciel

Un peu de fièvre dans ton ciel

D’où s’illuminent tes yeux blancs

Quand tu regardes l’arc-ciel

Né d’une pluie de sentiments.

Le vent puissant de l’orage

Tourbillonne au gré de l’air

Déversant ses flots de rage

En purifiant l’atmosphère

.

.

Y@nn Pbd_janv2021_©

Flamme

Flamme

.

.

C’était un jour gris qu’il est parti

Sans que je puisse lui dire au revoir

Mais je le reverrai bien plus tard

Même de l’autre côté, il reste ici.

.

Il est bien tout partout maintenant

Déjà qu’il a envahit mon cœur

Depuis ma tendre enfance, quel bonheur !

Laissons lui donc le choix à présent

.

De se manifester discrètement

Ou brillamment selon son humeur

Peu importe le long temps de ces heures

À penser à lui éternellement

.

Je sais qu’il est bien dans l’au-delà

Il a enfin retrouvé sa femme

Ma mère, la preuve évidente qu’une flamme

Toujours dans nos cœurs heureux brillera

.

.

Yann Pbd_décembre 2021 _ ©

Juliette

JULIETTE

.

.

Si tu veux rendre hommage, bien sûr, à la belle Juliette

Avec un sourire aussi digne qu’une lune naissante

Et des paroles juste frivoles, fraîchement luisantes

Sans commettre les outrages d’une terrible conquête

.

Ne raconte pas d’histoires parfumées d’idées noires

Mais fais-la plutôt rire d’éclats assez brillants

Pour qu’elle voyage vers l’imaginaire d’instants

Plus sincères qu’une vie en terre de désespoir

.

Tu lui feras tourner, sans la perdre, la tête

Avec l’air vivifiant charmant d’un jour de fête

Tu gagneras son amitié d’un jour d’été

.

Et tu sentiras le bonheur d’une vérité

T’effleurer la peau comme une soyeuse chansonnette

Que fredonne la nuit sans se cacher, le poète.

.

.

Y@nn Pbd_juillet 2020_ Â Juliette. ©🌹

#sonnet