Infini

T’es une femme mariée

Respectable

Admirable

L’envie d’te baiser

Et j’insiste

Me résiste

À te fourvoyer

Bien aimable

Adorable

Démone sacrée

Le fantasme

De tes spasmes

Siffle de patienter

Ta fatale

Désirable

Excentrique beauté

Même volage

Ou pas sage

Comment s’attarder

Sur ton corps

Ce trésor

Magnifique contrée

Illusion

Dévotion

Passagère d’été ?

Je suis dur

Tu es pur

Merveilleuse santé

Retardant

Ce moment

De te séquestrer

Comme une cible

Impossible

Fuyant l’âme damnée

Que je suis

Toi aussi

L’idée de rêver

L’infini

Si joli

Dit de réclamer

Plus de temps

En soufflant

L’envie de t’aimer

YPbd@Août2018 #poème

Incapable

Incapable

.

.

Je suis bien incapable

De vivre si loin de toi

Condamné coupable

D’être seulement moi

.

Demande donc à l’amour

De dire l’incompréhensible

Même avec ton humour

Sa réponse est impossible

.

L’éternité de ton choix

Mérite un profond respect

Aussi réfléchi qu’il soit

Je n’en possède pas le toupet

.

Regarde au fond de mes yeux

Tu verras mon coeur entre tes mains

Serre-le bien fort, nom de Dieu !

Ce n’est que mon chagrin que tu étreins.

.

.

YPbd 22juillet18 – À Victoria.

Ciel

Un peu de fièvre dans ton ciel

D’où s’illuminent tes yeux blancs

Quand tu regardes l’arc-ciel

Né d’une pluie de sentiments.

Le vent puissant de l’orage

Tourbillonne au gré de l’air

Déversant ses flots de rage

En purifiant l’atmosphère

.

.

Y@nn Pbd

.

.